L’Observatoire de l’AE publie les résultats de sa 2ème enquête



Après plus d’un an du lancement du régime de l’auto-entrepreneur, plus de 320 000 personnes s’y sont inscrites. Ce succès quantitatif est révélateur d’une profonde évolution des mentalités.

Pour mieux comprendre ce phénomène, l’Observatoire de l’Auto-Entrepreneur a décidé d’en étudier les caractéristiques : qui sont-ils ? quelles activités pratiquent-ils ? quel est le niveau de leur activité ? comment jugent-ils le régime ? quelle est leur vision de l’avenir ?

Aujourd’hui, l’Observatoire de l’Auto-Entrepreneur présente les résultats de la 2ème vague d’enquêtes réalisées auprès d’un échantillon représentatif de 1003 auto-entrepreneurs.

Les principaux constats que l’on peut faire au regard des réponses récoltées sont :

  • L’auto-entrepreneur est un statut qui connait un succès auprès de toutes les tranches d’âges.
  • Un auto-entrepreneur sur trois est une femme.
  • 3 auto-entrepreneurs sur 4 se sont renseignés avant de lancer leur activité :

    • soit auprès d’organismes tels que les CCI, Chambres de métiers, APCE ou Pôle Emploi (64%),
    • soit auprès d’acteurs institutionnels tels que collectivités locales ou ministères (20%),
    • soit auprès de professionnels (experts comptables, avocats, banquiers) (18%).

Ce qui signifie que dans la grande majorité les futurs entrepreneurs étaient bien préparés au lancement de leur projet ce qui n’empêche pas que ceux-ci continuent à se renseigner au delà de la création de leur activité comme le démontre le chiffre suivant.

  • 59% des auto-entrepreneurs passent beaucoup de temps pour s’informer et se renseigner sur Internet et ce, que ce soit au lancement de leur auto-entreprise, ou après plusieurs mois pour développer leur auto-entreprise.

Les types d’informations recherchées sont d’abord relatif à la déclaration d’auto-entrepreneur (45%) puis, dans des domaines techniques, comptables ou administratifs (35%) enfin, d’ordre général (30%).

Des situations de départ et des profils très variés

  • 1/3 des auto-entrepreneurs ont un emploi en parallèle (salariés ou fonctionnaires),
    1/3 se sont lancés en auto-entrepreneurs en tant qu’activité principale et ne travaillaient pas avant
    11% se sont lancés en parallèle du chômage,
    1/4 sont auto-entrepreneurs en tant qu’activité complémentaire (retraités et étudiants).
  • Les auto-entrepreneurs sont avant tout dans le domaine des services, un peu plus destinés aux particuliers (38%) qu’aux entreprises (27%).
  • Dans 3 cas sur 4 :

    • Ils choisissent une activité où ils ont déjà une expérience,
    • Ils ont déjà facturés des produits ou services.

Une activité avant tout complémentaire

  • Ils sont 42% à consacrer plus de 50% de leur temps à leur activité d’auto-entrepreneur.
  • Cette activité génère en moyenne 42% des revenus des auto-entrepreneurs : 6 471 € de CA moyen depuis le lancement de leur activité.
  • Les investissements concernent avant tout le matériel bureautique ou de production. Cependant il existe un gisement d’investissements à venir puisque quasiment autant d’investissements sont prévus dans les 12 prochains mois que ceux déjà réalisés.

Pour finir sur les constats, le niveau de confiance pour l’avenir reste élevé et se maintient malgré le contexte économique actuel difficile. L’indice est aujourd’hui à 68/100.

Pour une lecture complète des résultats de la 2ème vague d’enquêtes conduites à l’initiative de l’Observatoire de l’Auto-Entrepreneur, vous pouvez télécharger le rapport (fichier au format pdf) en cliquant >>ici<<

Share and Enjoy:
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks




4 commentaires
  1. On parle de réduire la durée du statut d’auto-entrepreneur à 3 ans compte tenu du succés.

  2. Effectivement mais il s’agit pour le moment de discussions uniquement. Lors d’une table ronde sur le statut auto-entrepreneur la commission des finances du Sénat a proposé de limiter ce dispositif dans le temps. La mesure vise à la fois à réduire l’étendue de l’activité au noir et à contraindre les auto-entrepreneurs chevronnés à évoluer au bout de trois ans vers le régime classique de l’entrepreneur individuel (et très bientôt l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée !). A suivre… Mais il est clair également qu’au bout de 3 ans si votre activité a un certain succès que vous atteindrez les limites actuelles de CA et que vous soyez donc obligés d’évoluer vers un autre statut. Le problème concernerait plutôt les auto-entrepreneurs qui ont une activité secondaire et qui ne dépasseront pas les limites imposées. Seront-ils eux aussi obligés de changer de statut ?



Réagir à cet article

*

Abonnez vous à notre lettre d'information

Une newsletter gratuite pour suivre l'actualité des autoentrepreneurs !

Opt-in form header
Nom :
Email :
Code de sécurité à saisir :
Opt-in form footer


A la une de l'actualité des auto-entrepreneurs:













Lire toutes les actualités...